Il suffit d’un « petit mot »

Cette série parlait d’un jeune homme riche à millions qui se trouvait toujours dans des histoires compliquées.

Un site, réalisé par un adolescent, est devenu le lieu de rencontre de tous les fans pour en discuter, des sorties étaient organisées. Un jour, il y a eu un concours pour rencontrer les artistes en plein tournage et j’ai gagné.

Je venais d’avoir 30 ans. Qu’est ce que je faisais là ? Je n’en sais trop rien, je m’étais laissée entrainer, et puis au sein de ce groupe, des personnes comptaient pour moi, comme à l’inverse.

J’ai rencontré les acteurs, une journée qui a été « étoilée » dans ma petite vie, à l’instar de celles des organisateurs. Mais je n’ai pas participé aux différents entre eux…. j’étais sur mon petit nuage.

De là j’ai écris un mot, petit mot au doubleur, acteur faisant le doublage de l’acteur principal sur la série…. Nous avons échangé pendant un an avant de nous voir. J’ai crée un site officiel, et tout s’est enchaîné… pendant les deux premières années je me suis octroyée 2 jours de repos.

Je n’ai pas fait attention à l’éloignement de ma famille.
Je travaillais le jour, les pieds sur terre et le soir et la nuit je m’envolais… théâtre, scène, doute, passion, voix !!!!

Ce fut fantastique. Mais il ne faut jamais mélanger les sentiments à tout cela et surtout lorsque l’on fait face à des fans hystériques et près à n’importe quoi il faut faire face.

Le plaisir n’y était plus. Cela devenait un poids et une source de conflit parfois. Alors j’ai fais en sorte que l’acteur soit soutenu par des fans « sures » et je suis partie après 10 ans de bénévolat, de joies et d’instants magiques.

Cet acteurs, loin des caméras, m’a ouvert l’esprit sur sa spiritualité, les signes, les rencontres et bien d’autres éléments qui font que l’on peut se trouver, s’aimer et aimer les autres.

Tout cela sans entrer dans aucune religion si ce n’est le respect de soi pour aimer l’autre. Vivre chaque instant présent.

Je lui dois cela. A partir de ce moment là ma vie a changé vraiment

Yeah !

J’ai voulu suivre mes études au moins jusqu’au BTS. Pour cela, j’ai du suivre mes parents dans le sud ouest de la France. Ils partaient en retraite.

Arrivés dans cet gentilhommière, nous nous sommes aperçus que je n’avais pas de chambre pour moi. Mon père en a construit une de ses propres mains comme il avait construit la maison entièrement.

Merci 🙂

Ses années là furent magiques en tant qu’étudiante. Habiter une nouvelle ville aussi loin que possible de celles de mon enfance m’a permis de m’émanciper bien plus vite. Lorsque des années plus tard mes parents ont voulut rentrer en saone et loire, je ne les ai pas suivi.

Les études, un job, les copains, petit ami… presque comme une vie normale…. mais j’ai du revenir en saone et loire pour ma famille. Je n’ai pas su dire non. Je suis restée un mois chez eux : le calvaire.

Je partais très tôt le matin et rentrais tard le soir pour ne pas les embêter. Pour ne pas embêter ma mère qui me prenait à nouveau pour une adolescente. Je l’appelais « le sergent ». Mes neveux et nièces l’appelaient aussi comme cela, je l’ai su bien des années plus tard.

Un nouveau travail, une nouvelle vie, un déménagement (le premier parmi de nombreux). J’étais enfin chez moi, salariée et heureuse.

Etre salariée m’a permis immédiatement de partir en Italie, Venise. J’ai pu acheté des linges de maison, des objets à moi ! Je n’étais pas trop déco mais la seule chose qui m’importait est que j’étais chez moi.

J’ai déménagé de multiples fois pour le travail ou pour des raisons personnelles (retrouver mon petit ami). Je ne me suis pas aperçue que pendant toutes ses années je prenais « doucement mais surement » du poids.

Je cherchais toujours la spiritualité qui me correspondais et encore plus le grand amour.

Et puis il y a eu un grand bouleversement dans ma vie. Une série télévisée.