Travail sur soi – l’ostéopathie

Je suis certaine que sur ce travail particulier j’ai rencontré la bonne personne. Un professionnel humain, à l’écoute et, sans doute, avec un don certain. En plus il exerçait en face de mon domicile.

Mon seul but en y allant était de retrouver un EQUILIBRE. Si moralement j’étais bien, physiquement c’était une toute autre affaire.

Lorsque l’on va à une séance d’ostéopathie, ce n’est pas un point précis que l’on vient soigner mais le corps entier, dans son ensemble. Pour ma part j’avais une quarantaine d’années à rattraper. Il ne m’a pas fallut une ou deux séances. Mais quelques unes étendues de septembre 2014 à mars 2015.

Une renaissance. Physiquement je souffrais tellement qu’avec les béquilles on aurait pu me prendre pour une « petite vieille ». Quelques mois plus tard j’étais élancée, bien dans ma peau. Les passants me le faisaient remarquer. Aucun doute je revivais !

La séance commence toujours par un point de situation, des questions réponses nécessaire pour ensuite travailler sur le corps. Je me souviendrai toujours du visage lorsqu’il a vu les deux pages recto verso de mes « antécédents ». Mais il est venu à bout de tout cela.

Les massages aussi infimes soient-ils je les ressentais. Pas douloureux mais actifs. Avec des sensations nerveuses. En ostéopathie, il est souvent normal d’avoir deux réactions face à l’intervention du professionnel : rire ou pleurer.

Pour ma part je passais mon temps à éclater de rire… et je faisais aussi des moments « respiration » pour travailler en même temps la sophrologie.

Un bon duo qui a fonctionné parfaitement… un travail en commun qui m’a permis de me découvrir « équilibrée et debout ».

Et puis il y a eu ce jour là….

Travail sur soi : la sophrologie

Je ne suis pas médecin et ne définirais pas explicitement ce qu’est la sophrologie.

J’ai compris que cette méthode avait un rapport avec la respiration (à l’époque physiquement j’avais l’impression d’étouffement, d’épuisement) et la visualisation de choses positives.

Je pouvais de toutes façons faire un essai, cela reste avant tout positif et c’est remboursé par la mutuelle (pas par toutes les mutuelles).

Lors de la première séance, la personne m’interroge sur ma vie et sur ce qui m’amène dans son cabinet (qui est une pièce agréable, zen…). Après un long échange, elle m’explique en quoi concerne la sophrologie et me précise que les exercices que nous ferions serait autant pour la respiration que pour la visualisation…

Je me suis dis « cause toujours », j’avoue que dès le départ je n’y ai pas cru…. je l’écoutais tout en pensant à autre chose lorsqu’elle m’a demandé de m’allonger sur le matelas. Elle m’a recouvert d’une couverture (au cas où j’ai un peu froid me dit-elle) et elle commence la séance.

 

Je dois ressentir et écouter chaque partie de mon corps en partant du crâne jusqu’à la pointe de mes pieds….. et peu à peu je me détends… voire, je l’écoute attentivement et me trouve dans un état de « presque sommeil »…. tellement bien que les deux  séances suivantes je veux continuer et pas partir :).

Je ressors « zen », et quelques heures plus tard beaucoup mieux, quelques jours plus tard en complément avec l’ostéopathie je ressens mon corps revivre…. Je me suis peu à peu redressée (squelette), des personnes m’ont même trouvé grandie !

 

ps : la visualisation était à chaque fois la même une plage avec un cheval .. (ça ne vous rappelle rien ?)

UN CORPS EN VIE