J-16

CaptureUn rêve qui devient réalité ! Dans 16 petits jours j’animerai mes ateliers au sein d’un café poussette. Les bébés, les parents peuvent participer… autant à la lecture des histoires qu’aux ateliers spécifiques sur la parentalité…

Je vais préparer mes fiches à partir de demain, faire une présentation power-point et préparer la com’ autant dans les librairies que les cours de récré, etc… ça avance doucement mais surement.

Les nouvelles sont positives également côté santé, je marche maintenant entre 2000 et 5000 pas par jour (il y a 1 mois je faisais tout juste 210 pas), le rééquilibrage alimentaire suit…

La création de l’association est en cours, j’ai réussi à avoir tous les éléments concernant la fiscalité, l’assurance, la création, la composition et les réunions obligatoires… bref, y a plus cas….

 

Ce n’est en fait que le début

20 avril, ma formation en coaching psychologie positive est terminée, mais à y réfléchir quelques secondes, ce n’est en fait que le début… Passionnant, enrichissant humainement, grandissant… ces semaines, ces mois m’ont amené bien plus que je n’espérais.

Et chose étrange, cela m’a rapproché de ce qui me semblait interdit, l’enfant.

Cet enfant que je ne peux avoir, qui m’a éprouvé lorsque je l’ai perdu, je l’ai retrouvé, ici, au gré d’un chapitre, de quelques lignes. Curieuse, j’ai suivi pendant une semaine une formation dans la formation.. et j’ai trouvé l’incroyable complexité/simplicité de l’enfant.

Passionnant de découvrir une nouvelle éducation, une nouvelle approche de l’adolescence, gymnastique de l’esprit pour concevoir cette éducation « hors normes ».

J’ai apporté à mes ateliers de formation une assurance, une envie de partager cela avec une énergie décuplée. J’attends juin avec impatience. Cet enfant que je me suis interdit il y a plusieurs années maintenant, je le retrouve, ici, dans ce qu’il a de plus passionnant, son envie d’apprendre, de grandir, sa curiosité, son innocence, son intelligence, ses émotions, etc…

Je dois faire un mémoire pour valider ma certification. Je le ferai sur ce thème, inépuisable. Maintenant, quand je croise ses petits bouts dans la rue, j’ai un autre regard et nos yeux s’entremêlent… des sourires, des petites mains tendues.

La porte s’ouvre sur cet univers.

La psychologie positive

Oui, attention cet article est « sérieux » 🙂

3 semaines de cours, 3 semaines aussi légères qu’intenses.

Je nage dans les mots positifs, même les soucis du quotidien n’en sont plus …. on dirait Cléopâtre dans son bain de lait… (Je visualise… hihihi).

Dès le départ j’ai été effarée de voir des coachs aussi « pep’s » côté professionnel et côté ville… Je me suis dis « Y a un truc »… et bien oui ! Penser +, écrire +, bouger +, manger + ça s’attrape !!! Je sais que j’ai fais le bon choix de formation, et que ce choix permettra d’aider les gens au mieux dans leur quotidien…

J’ai déjà de bonnes bases par mon précédent emploi et par mon chemin de vie, ces cours me permettent de les formaliser au mieux et de mettre en mots mes acquis, ce qui me parait juste « évident ».

Donc la psychologie positive késako ?

C’est une science (ne partez pas ! ), cette science est très sympa. C’est l’étude de tous les moyens positifs pour aller mieux dans sa vie (personnelle, professionnelle, etc) et aussi pour tendre à un objectif (changer de travail, s’épanouir autrement).

J’ai appris, par exemple, ce matin que l’on peut faire un travail sur son passé (généalogie). Toutefois, ici, ce n’est pas pour découvrir les travers complexes de nos aieux mais, au contraire, de voir ce qu’ils ont eu comme « bonheur » et voir leurs forces de caractère. De quoi l’on hérite… cela amène des discussions, un rapprochement familial, etc.

J’utilise des « cobayes »… qui se prêtent au jeu des séances coach…. et j’ai même le petit ami d’une amie qui m’a demandé d’y assister… et une amie… finalement ça s’attrape le positif !

 

Les dés sont jetés

Mi-février, je vais commencer une formation intensive sur le coaching en psychologie positive.  La formation est tenue par un organisme reconnu et diplômant. C’est une démarche qui a mis un an à se concrétiser. Le temps que je prenne le temps.

La psychologie positive qu’est ce que c’est ? C’est en fait prendre ce qu’il y a de positif en nous et le rendre porteur. Lorsque quelqu’un ne va pas bien, ne pas lui soumettre tous les points négatifs mais, au contraire, l’amener à prendre conscience de ses facultés, de ses points positifs et l’amener à voir autrement.

Je suis faite ainsi, j’ai toujours eu besoin d’aller vers l’autre et d’aider, je l’ai fait auprès d’amis, de connaissance, de collègues. La formation va me permettre de rendre cela plus concret. D’en connaître réellement les implications.
C’est un challenge.

A plus long terme, cela pourrait m’être utile pour créer des ateliers pour parents et enfants. J’imagine faire cela dans le café (consacré à eux) qui va s’ouvrir prochainement et pour lequel j’ai proposé mes services. A long terme, cela peut être gagnant pour tous !

Je me laisse quelques jours pour gérer un peu le quotidien et les urgences d’ici là après je me consacrerai pendant plusieurs semaines à cela ! Redevenir étudiante pour quelques temps, pour du meilleur.

Et puis si le plan A ne fonctionne pas, il est toujours utile d’avoir un tel bagage avec la formation et l’expérience professionnelle que j’ai ! Tout est donc POSITIF !

Et puis si…

Il y a quelques mois de cela bien avant mon départ pour la Bretagne j’avais envie de me plonger dans un nouveau métier, apprendre. Notamment la psychologie positive…

Au fil du temps, j’ai mis cela de côté. J’avais trop à faire entre le déménagement, l’installation, les paperasses et mes petits soucis de santé en cette fin d’année 2016.

J’ai mis le sac, dans lequel se trouve toute la documentation, au plus haut du paravent dans une des pièces. Je le regarde parfois…

Dernièrement j’ai appris que j’allais pouvoir m’investir, tout d’abord bénévolement dans un café qui s’occupe des mamans et des enfants et qui ont des ateliers de tout ordre.

Et cet après-midi, je n’ai pensé qu’à ce stage, cette formation diplômante qui me permettrait d’aider les autres. J’y ai pensé tout l’après-midi et je me dis que je ne risque rien de me renseigner.

Cet univers pourrait également être un atout au sein de ces ateliers autant pour les enfants que pour les parents…

Alors voilà, ce que j’attends depuis près d’un an, je vais le faire maintenant. Appuyer sur ENVOI et ce message partira pour ouvrir une autre porte…

J’ai terminé de résister, j’avance quoique sera demain.