Shopping !

bon-cafe-500x334Ce mot ne fait pas partie de mon vocabulaire, ou si peu… j’ai eu comme un besoin d’air après ses semaines et ses mois alitée. Je devais aller juste à côté de chez mois mais 3 actes manqués m’ont finalement fait prendre le bus pour le centre ville.

 

 

J’ai commencé par mes courses bio en oubliant l’essentiel (les graines germées !!!) avec des papotages de personnes que je côtoie uniquement dans ce magasin… livraison demain ! Passer chez The traiteur pour le plat de demain midi, une tarte chèvre épinard tomates « maison ». J’ai ensuite dévalisé la librairie en livre vegan et saga historique. Mon sac à dos à commencer à se faire sentir.

Entre chaque magasin je respirais humais les parfums alentour ! Bon le jour est plutôt mal choisi puisque nous sommes lundi et que le lundi tout est fermé mais j’ai pu retrouvé le parfum du pain frais et bio et quelques autres bien apprécié.

Je me suis saoulée, enivrée de ce soleil… A oui grande nouvelle, en ce moment le soleil fait des apparition plus que remarquées, ils annoncent même au delà de 25° pour la semaine !!! Peu de monde dans la ville mais c’est aussi bien !

Puis je me suis installée au restaurant choisissant une salade avec saumon, crevettes, et autres délices frais, deux boules de glace en dessert… la fatigue est revenue mais je suis si contente de trouver la force physique de pouvoir sortir dans ses moments compliqués côté santé.

J’ai prévu une sortie à la plage, une balade un matin très tôt et y prendre peut être mon petit déjeuner en terrasse… téméraire je suis 🙂 et également de ressortir chaise pour le jardin même pour quelques jours… une courbette de printemps qui se mérite, ses rayons de soleil. Je suis assoiffée.

Ses heures de répit qui comptent …. pas à pas, souffle après souffle.

 

Origami & Co

Dans quelques jours j’aurai en face de moi des petites bouilles, je leur raconterai des histoires, des contes, des chansons… Pour l’inauguration, des tables de fêtes. Je ne pourrai pas être à mes deux ateliers en même temps, donc je donne la priorité aux enfants, origamis en préparation pour la déco et aussi pour raconter des histoires à partir d’un de leurs mots…

Je cherche aussi une mascotte pour Ozen, pour l’association. Une peluche ? Une marionnette ? Un hibou porte-bonheur ?

Pour l’inauguration Ozen sera aussi représenté, quelques pages du site et des réseaux, des extraits de lectures et la description détaillée de quelques ateliers. Puis je prendrai le temps de papoter avec les uns et les autres.

Plus les jours passent plus je me dis que je vais dans le vrai, dans le concret, dans ce qui me porte depuis mon enfance, aider. Mais plus l’aide enfantine pour être une enfant sage, plus l’aide professionnelle au service des gens dans les organismes publics/privés. Plus cette aide pour ne pas s’aider soi-même, non…

Une aide bienfaisante, pour partager ce qu’il y a de bon en l’être humain, pour rendre, à ma portée, le monde un peu plus meilleur… et puis pour apprendre moi-même, se nourrir de l’autre.

Une mascotte…

J-16

CaptureUn rêve qui devient réalité ! Dans 16 petits jours j’animerai mes ateliers au sein d’un café poussette. Les bébés, les parents peuvent participer… autant à la lecture des histoires qu’aux ateliers spécifiques sur la parentalité…

Je vais préparer mes fiches à partir de demain, faire une présentation power-point et préparer la com’ autant dans les librairies que les cours de récré, etc… ça avance doucement mais surement.

Les nouvelles sont positives également côté santé, je marche maintenant entre 2000 et 5000 pas par jour (il y a 1 mois je faisais tout juste 210 pas), le rééquilibrage alimentaire suit…

La création de l’association est en cours, j’ai réussi à avoir tous les éléments concernant la fiscalité, l’assurance, la création, la composition et les réunions obligatoires… bref, y a plus cas….

 

Boud’chou & les livres

helpPour le coup, j’ai besoin de votre aide, les parents, les enfants, les nounous, les grands parents, les frères et soeurs…. tout ceux qui ont un boud’chou à la maison.

Dans les quelques mois à venir, devrait se créer, près de chez moi un atelier lecture pour les enfants.

Avez-vous des livres préférés pour enfants (1-3 ans/3-6 ans) ? Des maisons d’éditions ? Un auteur favori ?

Si cette liste pouvait voir le jour ce serait super pour créer cet atelier.  L’important est d’amener le pti bout à regarder, à être curieux, à écouter, à participer les mains pleines de chocolat…

Si vous avez des idées de titre, elles seront les bienvenues ! Merciiiiiiiiiiii !!!

1969

Il s’agit de l’extrait de votre tout premier article.

Je suis née à 6 mois, prématurée, toute petite. Tenant à peine dans une boîte à chaussures lorsque je suis sortie de la clinique 3 mois plus tard. Je ne me souviens pas de ses moments, en revanche mon corps et mon esprit en ont gardé longuement la trace.

A peine 6 mois, « un accident ». Le médecin de famille avait tenté de me faire passer en introduisant une aiguille à tricoter. Sans succès. J’ai survécu et je suis née.

De mon enfance, je garde l’image de la couleur orange qui tapissait les murs de la cuisine. L’image d’une famille « où tout va bien ». Les problèmes ne se disent pas à l’extérieur, ils ne se disent pas non plus à l’intérieur, ils se crient.

Non, je n’ai pas eu d’enfance malheureuse. Seulement les non-dits et les mensonges sont la base de mon éducation. Faire semblant.

Chétive, je me mis à marcher après 24 mois, en revanche, je papotais tout le temps et même avec des inconnus aux arrêts de bus. Je faisais la lecture du journal de la veille.  J’étais une petite fille blonde, tellement blonde que mes cheveux en devenaient blanc. J’étais « adorable ».
Je me souviens d’un jour où ma mère a appelé le médecin et qu’en face d’elle j’ai avoué que je n’étais pas malade. Que je l’avais fais exprès. Je me souviens aussi d’un jour où ma mère s’est mise à courir de la cuisine à la salle à manger avec un couteau à la main. Ma soeur est partie de la maison.

Mon autre soeur tricotait des vêtements pour mes poupées.

Pendant de très longues années, j’ai mis la faute uniquement sur ma mère qui avait des crises de folies dès que l’on n’appliquait pas ce qu’elle demandait. Ma première soeur est partie, la seconde s’est mariée jeune. « L’accident » est restée avec ses parents bien sage.

Entourée de livres, tellement qu’un professeur de français avait même demandé, des années plus tard, à ce que je m’arrête de lire. Je n’avais pas compris le message à l’époque. Bien trop jeune. Bien trop sage.

Entre deux romans je baignais dans mes études (bien difficilement), dans les méandres des établissements médicaux et, à la maison, dans les silences et les cris parentaux. Il fallait que mon père boit pour avoir un peu de courage et élever la voix.

Musicalement, Brassens s’invitait à la maison. Je partageais ses instants avec mon papa le dimanche, juste avant le marché.