Rien est acquis…

Ma vie s’organise au gré des cours, de la préparation des ateliers de juin et de la création d’une association. J’y mélange amis, chats, sourires, rencontres…

Hier soir, au coucher, je me sentais bien car j’avais trouvé la structure dans laquelle je souhaitais monter mon association voire, plus tard, mon entreprise. Un lieu regroupant plusieurs thérapeute de la vie ! : ostéopathes, sophrologues, etc.

Très tôt, ce matin. je me réveille de bonne humeur, en douceur… 5h.. allez encore une petite heure au lit… Quelques minutes plus tard je me réveille en parlant… et je ressens un poids lourd. CA fait 3 jours que s’est enfoui au fond tout au fond… C’est volcanique, ça va sortir …

 

Rien est acquis, résumé de cette lave en fusion qui se prépare. J’essaye de faire le point. J’essaye depuis 3 jours de contacter ma mère, ligne coupée. J’ai essayé tous les centres de personnes âgées dans les alentours : elle n’est pas chez eux. Et puis il y a deux jours j’ai pris contact, sur facebook, avec une proche, le seul moyen : facebook.

Je ne fais plus partie de ses amis. Je ne suis plus la 12ème personne. J’en reste muette.

J’essaye depuis 3 jours de joindre ma mère : personne.

Rien est acquis. Je vais poursuivre mes recherches plus avant. Toutefois je me répète ces mots. Je n’ai plus de lien. J’ai toutefois eu la chance de pouvoir renouer avec ma mère pendant près de deux ans. Sans heurt, sans reproche, sans aucune conversation que celle de notre quotidien.

J’ai renoué et nous avons réussi à nous confier ses moments. C’est ceci l’important quoiqu’il se passe après. Je garde cela comme ce qui est à retirer de positif.

La vague est venue. Je me sens mieux maintenant. J’ai regardé les choses en face. La douleur est passée. Un jour, nous nous sommes retrouvées. Je pensais que cela allait être « éternel ». Rien est acquis. Toutefois j’ai profité pleinement de ses moments. Vivre chaque instant.

Princesse, ma petite chatonne fidèle est venue au creux de mes bras un instant. Un apaisement.

J’ai ouvert la fenêtre et j’ai dis « bonjour la vie ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui toque ?

qtqDepuis mon arrivée je cuisine avec des produits frais du marché, parfois bio. Lorsque j’ai des invités j’apprécie, à l’avance, commander mon repas chez Qui Toque. C’est une société qui proposent des menus adaptés pour 2, pour une famille nombreuse, des menus végétariens également.

Au menu de mon dernier colis d’hier, pour 4 personnes :

jambalaya aux crevettes

bavette de porc au chimichurri et purée au topinabour

nouilles sautées au poulet, gingembre et citronelle

et en express : velouté de panais, tartine pommes gogonzola.

 

L’ensemble des aliments sont envoyés par colis. Ils sont pour la plupart bio, frais et avec souvent des légumes « anciens ». Un petit carnet est envoyé pour expliquer chaque recette, nous donner des astuces et quelques recettes supplémentaires s’il nous reste des aliments.

 

Il existe aussi, en option, des paniers fruités.

Ce que j’en pense : la qualité des produits est incroyable ! Le goût des aliments est totalement différents des produits dans le commerce. J’ai pour ma part (re)découvert le vrai épinard ! En salade, un délice !

Il y a les proportions nécessaires que ce soit pour deux ou pour une famille, etc. Parfois même il en reste un peu en fin de repas.

Le prix peut paraître un peu élevé pour certain ! Je l’utilise personnellement quand je dois recevoir !

Un avantage CERTAIN : il n’est pas forcé de commander chaque semaine. Il suffit d’indiquer sur son calendrier, sur leur site, lorsque l’on veut mettre en pause une commande ou si l’on veut commander. Cela peut être fait à l’occasion, hebdomadairement, mensuellement.
Si l’on oublie, la commande sera envoyée ! Attention !

Si vous souhaitez en savoir plus et recevoir un bon d’achat pour votre première commande c’est par ici.

Site : https://www.quitoque.fr/

2ème descente

Mon père est malade, ma soeur s’est occupée de lui. Patiemment, avec amour. J’étais loin. Je l’ai vu quelquefois en secret de ma mère. Elle nous obligeait aussi à cela. J’ai vu mon père dans sa bulle, en retrait. Il m’a parlé. A pleuré. J’avais les mots, mais je n’étais que rarement là.

Un jour je suis allée le retrouvé pendant tout un après-midi à l’hopital. Je lui ai pris un livre de Brassens, sur sa vie (merci Stéphane) et nous avons même chanté ! Il était au bout mais il a chanté ! Il est parti quelques temps plus tard.

Je n’ai pu être là le soir de sa mort. Grève des trains à Paris. J’ai appris son décès en pleine gare. Je me souviens avoir incendié la jeune femme qui voulait me servir quelque chose.

Si ma soeur s’est occupée de tout, j’ai pu préparer un départ particulier pour mon papounet. Des chansons de Brel, Brassens, Trenet, des mots de proches… puis il est parti.

Son décès était sans doute un soulagement face à  la maladie de Parkinson. Sans doute. Ma meilleure amie bouddhiste m’a dit de jolies choses sur sa renaissance. J’ai souri. Ma soeur, sur son île, m’a parlé de paradis.

Il y a eu d’autres soucis familiaux, tous plus noirs les uns que les autres, qui ne me touchaient pas personnellement certes mais qui concernait mes proches…. je suis intervenue, j’ai fais ce que j’avais à faire et puis je suis repartie.

 

Ma mère a passé cette période comme elle a pu… à peine consciente de ce que nous faisions ma soeur et moi. Puis je lui ai trouvé un appartement en centre ville. Je suis restée un peu avec elle, une semaine pour m’occuper de la maison, du déménagement à venir, du notaire…. et nos disputes ont recommencé ! Elle n’avait plus mon père (qui lui passait son temps à se taire) alors je suis redevenue son ado, sa fille……

 

J’ai refusé, j’ai passé d’ailleurs le plus terrible anniversaire de ma vie avec elle. Une mère n’a pas le droit de faire et dire ce qu’elle m’a dit… une mère…. Je suis partie calmement en lui disant que je ne reviendrais pas et que je la plaignais.

 

6 années

En attendant, l’amie avec qui je partageais une colocation est partie sans payer de loyer et en me volant… après maintes contestation je suis partie en procès (et bien oui comme quoi tout arrive) et j’ai été affiliée au surendettement (terminé).